La France en retard,  Arfons accélère.

Condamnée plusieurs fois pour inaction climatique la France est le seul pays européen à ne pas avoir rempli ses objectifs en matière d’énergies renouvelables.

Aussi le gouvernement a promulgué une loi le 10 mars 2023 visant à accélérer l’installation et la production d’énergies renouvelables.

A cet effet les communes sont comme toujours sollicitées pour identifier des zones adaptées sur leur domaine.

Ces emplacements devront être naturellement respectueux de la biodiversité, de la ressource en eau ainsi que la commodité du voisinage à savoir :

la santé, sécurité, salubrité publique, l’agriculture etc..

Ces zones ne peuvent pas se situer dans les parcs nationaux et réserves naturelles sauf lorsque la commune est intégrée partiellement ou totalement dans ces réserves. Dans ce cas l’implantation des zones se fait en étroite collaboration avec les gestionnaires.

Deux projets d’implantation de ces zones d’accélération ont reçu un avis municipal favorable pour engager une étude.

Le premier concerne un champ de photovoltaïques sur la parcelle cadastrale A365. Cette dernière domine les crêtes entre Montalric et la Vialette du côté de la nouvelle antenne.

Un endroit proche des futures éoliennes très contestées ( contentieux en cours) de Dourgne car leur silhouette impacte négativement le paysage Arfontais et génère de profondes nuisances.

Le second projet est connu de la municipalité, puisque c’est celui de Valorem qui prévoyait l’implantation de six éoliennes dans la forêt de Ramondens et qui avait fait l’objet d’un refus par l’ancien préfet. 

Ainsi Arfons accueillera à terme 17 machines qui produiront une énergie propre apte à répondre aux enjeux climatiques et à la souveraineté énergétique.

Le référant préfectoral a été informé par le maire. Dans six mois au plus tard l’autorité préfectorale arrêtera une cartographie précise qu’il transmettra pour avis au comité régional lequel disposera à son tour de trois mois pour rendre le sien.

Enfin l’identification de ces zones d’accélération sera renouvelée tous les cinq ans.

L’équipe municipale

9 thoughts on “La France en retard,  Arfons accélère.”

  1. Vous semblez considérer que le projet de 6 éoliennes supplémentaires de Valorem dans la forêt de Ramondens est acquis puisque vous écrivez que « Arfons accueillera à terme 17 machines ». Je vous appelle que ce projet a également été retoqué par le Préfet du Tarn et que le recours déposé par Valorem est actuellement devant la Cour d’Appel administrative de Toulouse. Rappelons également que l’électricité produite en France est à 97 % décarbonée et que les éoliennes sont loin d’être indispensables à la réduction des GES, du fait de leur intermittence et de leur non pilotabilité qui oblige à la mise en place de centrales au gaz ou autre fossile pour y pallier. Les dommages causés à l’environnement et au cadre de vie par ces machines sont aujourd’hui bien documents et les éoliennes que vous appelez de vos vœux n’échappent pas à la règle. La population de la Montagne Noire refuse ces projets et vous vous obstinez à les promouvoir !

  2. Je voudrais donner mon avis de non spécialiste, ni du droit ni des énergies renouvelables, mais un avis du français « moyen » qui vit parmi la forêt de la Montagne Noire.
    En quelques années, le tissu d’éoliennes du centre ouest de la montagne noire s’est vu envahi par une forêt d’éoliennes inconsidérées. De Laprade, des Martys, d’Arfons, de Cuxac Cabardès, cette région sauvage est maintenant en passe d’être détruite pour un résultat contestable au point de vue énergétique. Ce domaine forestier unique n’est-il pas un bien commun des Audois et Tarnais, mais pas que, à protéger ?
    Nous pensons que le conseil municipal d’Arfons fait une grave erreur et nous espérons que le Préfet soutiendra notre cause. Trop c’est trop !

  3. La montagne noire est sacrifiée, les centrales éoliennes, par trop nombreuses, défigurent le payage et dégrade durablement ce territoire rural. Sa biodiversité déjà fragile est compromise et fortement dégradée par ce bétonnage outrancier autant qu’inutile. S’il faut se prononcer en l’état de la théorie du bilan les éoliennes et leur apport très faible dans le mix énergétique, n’est certainement pas la solution. Arfons est déjà encerclée et contribue plus que nécessaire s’il en était besoin aux ENR. Les riverains et habitants n’en peuvent plus de voir leur territoires te cadre de vie se dégrader. Développez votre territoire par d’autres moyens plus pertinents et en concertation avec la population.

  4. La Montagne Noire est un milieu exceptionnel qui devrait être protégé des conséquences écologiques de l’implantation d’éoliennes. Les dégradations qui résultant de ces implantations affectent le sol, la faune et les milieux fragiles qui s’y trouvent.
    Un développement plus écologique est souhaitable.

  5. Les seuls atouts d’Arfons sont la richesse de la forêt , les chemins de randonnées riches en diversités, sources et ruisseaux. Paysages appréciés particulièrement par les humains décidés à vivre autrement. Que penser d’une municipalité qui favorise l’installation définitive de moulins à vent largement bétonnés, de plaques qui sont censées fournir de l’électricité les jours sans vent et la nuit . Oui ! que penser ?

  6. Je pense qu’il y a beaucoup trop d’éoliennes sur notre secteur Montagne Noire , d’ Albine à Arfons ,sans plus en rajouter.
    . Quand vous êtes au Pic de Nore vous visualisez un 360°, vous ne voyez que des moulins à vent qui brassent de l’air . Pensez aux oiseaux qui perdent la vie quotidiennement ,la pollution dûe au bétonnage, la déforestation pour la création de plate forme et piste d’acheminement .Plus un moment de tranquilité ni de calme au coeur de la foret .

  7. L’art de cultiver le paradoxe!
    Le site Arfons.fr (site municipal, je suppose) nous vante la beauté (réelle) des lieux. Il est question de  » grandes et belles forêts » d’une  » richesse écologique… reconnue », de « milieux globalement bien préservés » de «forte valeur patrimoniale pour la faune et la flore». Le tout étant l’héritage d’une « activité pastorale » séculaire.
    Installer des éoliennes: c’est éventrer la forêt pour les acheminer sur site , déboiser pour les installer , couler des centaines de m³ de béton, une pollution visuelle, une pollution sonore, un impact sur la faune.
    Que va-t-il rester de ce patrimoine naturel que nous avons reçu et que nous devons transmettre ?

  8. Quelle contradiction ! Votre site fait l’éloge de « la Montagne Noire », « des sources du canal du midi », « des balades & sentiers », « de la biodiversité » ! Votre village est valorisé par son implantation à proximité de sites remarquables ! De plus, vous semblez souhaiter conserver ce cadre de vie et profiter de ce potentiel pour promouvoir le tourisme.
    Alors, pourquoi ne pas souhaiter préserver ces lieux et vouloir contribuer à la dégradation de ces paysages ? La Montagne Noire se trouve dévisagée par de trop nombreux parcs éoliens toujours plus visibles ! La population manifeste largement son opposition à de nouveaux projets alors pourquoi autant d’obstination ?
    Tendez l’oreille vers les riverains qui souhaitent transmettre un patrimoine naturel authentique ! Ne soyez pas assourdis par des bruits de fonds qui martèlent que l’éolien est la solution miracle au mix Énergétique !

  9. La France est en retard : on accélère ! ces variations de vitesse s’apprécient par rapport à qui ; à quoi ? chaque pays, chaque région, a son rythme, en fonction du contexte, des paysages et des hommes qui y vivent .la France est en avance sur le nucléaire : tant mieux ! l’Allemagne sur les EnR : tant pis ( rallumage obligé des centrales à charbon ). tout cela est relatif et dépend du référentiel choisi : pour ma part j’en reste donc à la célèbre formule : E = MC2 ou E représente l’ Eolien industriel ; M, la Montagne noire et C la calamité….au carré !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts